Mon passage d’Ubuntu à Archlinux

Je n’avais pas écrit d’article à ce sujet, mais en septembre dernier, j’ai installé Ubuntu en double boot sur ma machine, car c’est la distribution utilisée à mon IUT.
Le partitionnement, l’installation et le double boot se sont déroulés sans encombre, et le système était utilisable tel quel. Cependant, pour la partie configuration, je n’ai jamais été satisfait d’Ubuntu. Impossible de régler la luminosité de mon écran, système très lent, nombreux bugs graphique, et j’en passe.
J’ai pourtant essayé Xfce en remplacement de Gnome. Le système était certes plus réactif, mais les autres problèmes n’étaient eux, pas réglés.

Je me suis alors mis à la recherche d’une autre distribution, plus légère et qui répondait à mes attentes, et c’est sur les conseils de Naktan que j’ai installé Archlinux.
En voici la philosophie :

Arch Linux est une distribution légère et rapide dont le concept est de rester la plus simple possible.

Je télécharge donc l’image pour AMD 64 et me renseigne sur le wiki. Après un peu de lecture, l’installation m’a l’air bien compliquée. Celle-ci n’est pas du tout user-friendly, et il faut tout configurer soit même. L’installation de base peut faire peur au premier abord, mais une fois la partie correspondante lue dans le wiki, c’est loin d’être insurmontable.
Au premier reboot par contre, un utilisateur basique d’Ubuntu ou quelqu’un habitué à Windows sera totalement perdu. En effet, il n’y a pas d’interface graphique présente, tout se fait en mode texte. A vous d’installer ce dont vous avez besoin. C’est ce qui assure toute la légèreté du système.
Bien sûr, pour l’installation, tout se fera donc en ligne de commande, et on utilisera Vi ou Nano (que j’ai choisis) pour la configuration des fichiers.

Après quelques heures de galères, j’ai finalement réussi à avoir un système acceptable, avec interface graphique et logiciels de base.
J’ai d’abord essayé E17 en tant que gestionnaire de bureau pour rapidement me tourner vers Xfce (je n’ai pas encore testé Gnome), ce qui fera l’objet d’un prochain article.

Je suis pour l’instant satisfait de cette distribution, de par sa légèreté ainsi que la gestion correcte de la luminosité de mon écran.
Cependant, une première grosse difficulté va se présenter à moi, l’installation du plugin flash, qui n’est disponible qu’en 32 bits, sur mon système 64 bits.

Liens complémentaires :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *